Retrouver ses ancêtres italiens : les actes de mariage

Les actes de mariage sont -en Italie comme en France- une véritable mine d’informations généalogiques. Les séries de mariages sont conservées dans des registres communaux classés par année. Des tables annuelles/ décennales et alphabétiques – série masculine et féminine- peuvent aider à retrouver un acte dont les extrêmes ne sont pas certains.

En étudiant un acte de mariage (civil), nous obtenons tout d’abord plus d’informations sur les mariés : date et lieu de naissance, profession, adresse de résidence.

Le généalogiste (expérimenté ou débutant) découvre tout d’abord si les parents des mariés sont encore en vie au moment de la rédaction de l’acte. Ensuite, il découvre leur identité, leurs âges, leur lieu de naissance et de résidence et parfois leur profession.

Même information pour les témoins. Ils peuvent être des amis, collègues, des proches des mariés. Parfois, ils font partie de la famille. Toutes ces informations complètent celles contenues dans les actes de naissance ou de décès. Il s’agit aussi de documents qui ouvrent plus de perspectives sur la vie telle qu’elle était à l’époque.

En considérant que l’Etat civil italien a été institué en 1866, ces documents peuvent apporter des tesselles précieuses à notre arbre généalogique.

L’acte de mariage nous renseigne aussi sur un autre document, les « pubblicazioni », les publications des bans de mariage. Ces documents sont conservés dans des registres ad hoc et nous apportent des informations complémentaires.

Faisons des exemples en publiant ci-dessous des exemplaires de ces documents d’histoire de la généalogie italienne. Nous pouvons commencer avec un acte de mariage.

archives_AD078_RM0274_004190

Cet acte de mariage date de 1891 concerne deux ancêtres italiens dont les descendants, seulement 4 générations après, ignoraient jusqu’à l’existence.  Ce document nous permet de connaître pour les mariés : l’identité, l’âge, la profession, le lieu de naissance et celui de résidence.

Nous savons que certains parmi les parents des mariés sont décédés à cette date (mention « fu » avant le prénom) mais des autres nous pouvons vérifier : l’identité, l’âge, le lieu de naissance et celui de résidence.

archives_AD078_RM0274_004190 (2)

Dans la partie manuscrite, nous voyons, entre autre, les dates de publication des bans. Grâce à cette trace, nous pouvons localiser dans les registres ad hoc ce document. Il se présente ainsi:

pubblicazioni Ruia Guidobaldi 1890 - Copie

Les bans contiennent des informations importantes, comme l’âge et la profession des parents des mariés. Ces dernières données sont l’élément qui nous permettra de remonter à la génération d’ancêtres italiens précédente.

Pour lire la suite du post Contactez-nous

Pour un conseil, une recherche à débloquer ou toute autre démarche Contactez-nous

Liste (non exhaustive) de patronymes déjà étudiés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s